Mondial Voyance

Voyance immédiate par téléphone

7j/7 de 8H à 23H

ou sur rendez-vous à Paris

01 48 68 09 90    06 77 09 08 57 Voyance Occultisme

voyance-generalites

Généralités sur la Voyance

Voyance-Clairvoyance-Claireaudience-Mediumnite

Les parapsychologues différencient généralement :
· Les perceptions extra-sensorielles (PES) : clairvoyance, précognition, télépathie ;
¬∑ La psychokin√®se (PK) : macro-psychokin√®se (sur des objets de taille ¬ę normale ¬Ľ), micro-psychokin√®se (au niveau quantique), bio-psychokin√®se (sur des organismes vivants).
Clairvoyance
exemple-rituel-vaudou
La Clairvoyance est un moyen de perception extra-sensorielle qui permet √† une personne de percevoir des objets, des personnes, des lieux par l’interm√©diaire de flashs de perception subtile. Cette facult√© permet √©galement de lire certains √©v√®nements survenus dans le pass√©, ou susceptibles de se produire dans l’avenir.

Cette perception est habituellement de nature visuelle mais elle s’adjoind parfois d’impressions auditives (on parle alors de Clairaudience) ou kinesth√©siques (on parle alors de Clairessenti : des impressions surgissent apr√®s avoir touch√© un objet appartenant √† une personne).

Par abus de langage, le terme de Clairvoyance fait r√©f√©rence √† toutes les formes de perception extra-sensorielle gr√Ęce √† laquelle une personne re√ßoit une information par des canaux de perception subtiles.

La Clairvoyance r√©f√®re plus pr√©cis√©ment √† une r√©ception d’information en temps r√©el, sans que cette information ne provienne intentionnellement d’un autre √™tre humain (comme c’est le cas dans le ph√©nom√®ne de t√©l√©pathie).

Les recherches scientifiques sur la Précognition

La Pr√©cognition d√©signe la r√©ception d’informations concernant des √©v√®nements et des situations futurs re√ßues par perception extra-sensorielle.
Des recherches scientifiques, effectu√©es dans des conditions contr√īl√©es, auraient mis en √©vidence, selon les parapsychologues, des effets qui pourraient √™tre interpr√©t√©s en terme de Pr√©cognition.

On remarquera en particulier les travaux de Dick Bierman, de l’universit√© d’Utrecht. Diff√©rentes variables bio-physiologiques de sujets, auxquels sont montr√©s diff√©rentes diapositives, sont enregistr√©es. Le chercheur a mis en √©vidence qu’avant la visualisation de certaines images (en particulier lorsqu’elles sont de nature violente), on d√©tecte une excitation au niveau des mesures bio-physiologiques que l’on ne retrouve pas pour les images neutres. De telles variations devraient √™tre enregistr√©es apr√®s la visualisation de l’image, mais pas avant.

Dick Bierman ne sait pas lui-m√™me comment expliquer cet effet mais pose la question de savoir s’il ne s’agit pas de perceptions de Pr√©cognition. Ce m√™me effet a pu √™tre mis en √©vidence dans les trac√©s effectu√©s lors d’exp√©riences de psychologie cognitive plus classiques et dans lesquelles les chercheurs avaient simplement √©tudi√© les r√©actions apr√®s visualisation d’une image.
D’autres travaux portant sur la Pr√©cognition ont √©t√© effectu√©s, notamment lors de protocoles de vision √† distance au Stanford Research Institute.

On peut s’√©tonner que les r√©sultats de telles recherches ne soient pas plus connus. Ce ph√©nom√®ne n’est s√Ľrement pas √©tranger au fait que si de telles perceptions pr√©cognitives √©taient accept√©es par l’ensemble de la communaut√© scientifique, cela signifierait que les mod√®les th√©oriques actuels dans le domaine de la physique sont incomplets car ils prohibent l’existence d’informations qui pourraient aller du futur vers le pr√©sent. De la m√™me fa√ßon, il n’existe actuellement aucune th√©orie permettant d’expliquer comment un sujet pourrait obtenir une telle information menant √† ces r√©actions inconscientes enregistr√©es au niveau bio-physiologique.

Pour rendre compte de tels ph√©nom√®nes, il faudrait abandonner le principe de causalit√© en physique. √Čtant donn√© le r√īle central de cet axiome, et l’efficacit√© de la physique actuelle, on peut mettre s√©rieusement en doute les exp√©riences cit√©es.
Certains chercheurs √©mettent l’hypoth√®se que ce sont ces perceptions pr√©cognitives inconscientes qui peuvent, dans certains cas, donner lieu √† des formes de pr√©cognitions conscientes concernant des √©v√®nements √† venir.

On notera en particulier √† ce propos les travaux de Cox effectu√©s dans les ann√©es 1950. Son raisonnement fut le suivant : si des personnes ont des capacit√©s pr√©cognitives, elles doivent √™tre en mesure d’√©viter certains accidents de fa√ßon inconsciente. Pour √©tudier cette hypoth√®se, Cox demande √† diff√©rentes compagnies de chemins de fer de faire les listes de passagers pour tous les trains ayant eu des accidents sur une p√©riode de plusieurs ann√©es. Il a ensuite compar√© le nombre de passagers dans chacun de ces trains le jour de l’accident, les six jours le pr√©c√©dant, 14 jours avant et enfin 28 jours avant. Ses recherches montrent que statistiquement le nombre de passagers le jour de l’accident √©tait inf√©rieur aux autres jours faisant office de points de comparaisons (les six jours pr√©c√©dent, 14 jours avant, 28 jours avant). √Ä moins de supposer qu’il y a un biais dans ces recherches, de tels r√©sultats semblent ne pas pouvoir √™tre expliqu√©s par l’hypoth√®se probabiliste, qui r√©duit les Pr√©cognitions √† des impressions subjectives trouvant leur origine dans des co√Įncidences statistiques.